Festival Lille Clef de Soleil

Dix-huitième édition :

  • Notes d'humour

    Quel mystère peut pousser les compositeurs à baigner dans une certaine joie (apparente ?) après une vie de souffrance ?
    Comment Beethoven peut-il écrire l'"Ode à la Joie" au crépuscule de sa vie ? Et Schubert, à 31 ans, poser définitivement la plume après la "fausse" gaieté du "Pâtre sur le Rocher" ?
    L'humour en musique a toujours existé !
    Mozart, suprême coquin le savait bien; il suffit d'écouter son Quintette pour cor et quatuor à cordes, composé pour son "ami-maître-Franc-Maçon-fromager" par Hervé Joulain pour s'en convaincre ! Tout comme sa "Plaisanterie musicale" avec les "vraies-fausses" notes et tant de moqueries envers les petits maîtres de son époque....
    Le titre du quatuor de Hindemith n'appelle aucun commentaire : "Ouverture du Vaisseau Fantôme comme exécuté par un mauvais orchestre de station thermale à 7 heures du matin en lecture à vue à la fontaine du village". Bien sûr, il n'y aura pas de clowns, mais le texte de Francis Blanche sur le "Carnaval des Animaux" de Saint-Saëns, interprété par Gabriel Tacchino et Emmanuelle Braun sera un joli clin d'œil à l'humour français....
    Tout comme les NOTES D'HUMOUR de la tendre "Caresse à ma femme" de Rossini par Jean-Marc Luisada, le bayan magique de Bogdan Nesterenko, le Wedding Cake de Saint-Saëns par Alexander Paley, l'Humoresque de Schumann par le jeune et si talentueux Simon Ghraichy ou le "Carnaval de Venise" revu par Paganini sous les doigts de Gautier Dooghe, le programme surprise de l'ensemble Polygone du brillant corniste Alexandre Collard et la facétie des lieder chantés par Xénia Ganz....
    Si cette 18° saison pouvait être un thérapie, si petite soit-elle, le pari serait gagné !
    À très vite !!

    denis Simándy, directeur artistique

Merci à nos partenaires