Festival Lille Clef de Soleil

Michael Lonsdale

Michael Edward Lonsdale-Crouch naît à Paris : il est le fils adultérin d’une Française et d’Edward Lonsdale-Crouch, un officier de l’armée britannique. Une de ses grands-mères était irlandaise. Peu après sa naissance, la famille Lonsdale déménage vers Jersey puis part à Londres en 1935. En 1939, ils rejoignent le Maroc où son père est devenu négociant en engrais. Prisonnier des autorités vichystes, il est libéré lors du débarquement des Alliés en Afrique du Nord. Son fils Michael profite alors à Casablanca des séances de cinéma américain destinées aux troupes.

Il anime des émissions enfantines sur Radio-Maroc dès 1943. Revenu en France en 1946 (à Cannes), il rencontre Roger Blin qui lui fait découvrir le théâtre. En 1949, Michael et sa mère s’installent dans un immeuble face aux Invalides, dans l’appartement du grand-père maternel où l’acteur vit toujours.

Il suit le cours de théâtre de Tania Balachova. Pour gagner un peu d’argent, sa mère donne des cours d’anglais. À 22 ans, il demande à être baptisé dans la foi catholique. La francisation de son prénom – en Michel – provient de l’acteur belge Raymond Rouleau qui ne parvenait pas à prononcer correctement Michael.

C’est grâce aux deux rôles offerts par François Truffaut dans La Mariée était en noir et Baisers volés (dans ce dernier film, une scène du film est tournée dans son appartement parisien) qu’il se fait un nom au cinéma.

Il tourne dans des films dits d’avant-garde (films de Marcel Hanoun) comme dans des productions hollywoodiennes (Munich de Steven Spielberg). Sa maîtrise de l’anglais lui permet d’apparaître dans de nombreux films américains et britanniques.

Dans sa carrière, il joue aussi bien pour des metteurs en scène comme Orson Welles, François Truffaut, Joseph Losey, Louis Malle, Luis Buñuel, Jean-Pierre Mocky, Jean Eustacheou Jean-Daniel Pollet que des textes contemporains (Dürrenmatt, Beckett, Duras…) au théâtre . Il participe à des films grand public, dont un James Bond, Moonraker en 1979, dans le rôle du méchant ou la comédie Ma vie est un enfer de Josiane Balasko, ainsi qu’à des téléfilms.

Il rencontre Michel Puig et ensemble ils fondent en 1972 le Théâtre musical des Ulis, compagnie de théâtre musical subventionnée par le ministère de la Culture.

En 1990 à l’iniative du Ministère de la Culture et des moines de Citeaux il met en scène Bernard de Clairvaux de Daniel Facérias et Gilles Tinayre sur le site historique de Clairvaux avec plus de cent figurants.

Michael Lonsdale a mis en scène de nombreux textes, dont parmi les plus récents Marie Madeleine des frères Martineau et La Nuit de Marina Tsvetaeva de Valeria Moretti en 2001.

Michael Lonsdale prête sa voix à la lecture de grands textes de littérature et de philosophie (voir livres audio), ainsi qu’à Erik Satie au sein des Maisons Satie d’Honfleur.

Depuis 2001, il est président d’honneur du Festival de Silence et l’un des présidents d’honneur du jury du prix Marguerite-Duras, auteur et réalisatrice avec laquelle il a beaucoup tourné. L’année suivante, il fait la mise en scène de la comédie musicale Marie-Madeleine des frères Martineau dans laquelle Nicole Rieu tient le rôle principal.

Il met en scène en 2010 un spectacle sur sœur Emmanuelle, après d’autres spectacles sur Thérèse de Lisieux et François d’Assise.

Michael Lonsdale est également un artiste peintre reconnu. La galerie Daniel Besseiche à Paris a organisé une exposition en 2010 où ses œuvres étaient accrochées aux côtés du peintre expressionniste et critique d’art Jean Revol.

Le 25 février 2011, il remporte le premier César de sa carrière en tant que meilleur second rôle masculin pour Des hommes et des dieux.

En 2008, le festival International du film Entrevues à Belfort lui consacre un hommage croisé avec Edith Scob.

En 2011, il est l’invité d’honneur du festival Paris Cinéma. À cette occasion, il donne une leçon de cinéma avec Jean Douchet.

En 2014, il prête sa voix à Victor Hugo, dans le tramway de Besançon, ville natale de l’écrivain.